K. MADAVANE
Professeur, metteur en scène et écrivain

Né en 1946 à Pondichéry, K. Madavane a obtenu le baccalauréat du Lycée français de Pondichéry. Après avoir terminé une maîtrise en études françaises de l’université Jawaharlal Nehru (JNU) à New Delhi, Madavane a été étudiant pendant trois ans à L’Institut de Sciences Politiques, rue Guillaume à Paris. Sa thèse de doctorat a porté sur la mort et sa représentation dans le théâtre d’Eugène Ionesco. Ancien professeur au Centre d’Etudes Françaises et Francophones de JNU, Madavane a assumé la direction du Centre trois fois. Ses champs d’intérêt sont les littératures francophones de l’Océan Indien, la diaspora indienne, le théâtre et le cinéma français. Il a beaucoup travaillé sur l’hindouisme populaire et la marche sur le feu à Pondichéry.

Son recueil de nouvelles, Mourir à Bénarès, a été publié en 2004 par Le Germ (St-Pierre, La Réunion). Ses autres nouvelles ont été publiées individuellement dans d’autres revues et recueils. Madavane a entrepris et complété avec succès un projet prestigieux de recherche et de production multimédia sur l’Héritage Maritime entre l’Europe et l’Asie du Sud sous l’égide du programme Asia Link de La Commission Européenne. Il a dirigé un Groupe de recherche financé par l’« University Grant Commission » de l’Inde, désigné sous le titre de « Innovative Programme on African Sub-Sahara Francophone Studies »

Dans le domaine de théâtre, Madavane a hérité de son père, la pratique de Teroukouttou, théâtre populaire rural. Apparenté à Kathakali du Kerala, mais implanté dans le Tamil Nadu, au Sud de l’Inde, le Terroukouttou est associé aux fêtes religieuses du Tamil Nadu. Madavane a été aussi initié à la mise en scène par Antoine Vitez et Guy Retoré (TEP). À New Delhi, il a fondé Chingari, un groupe de théâtre célèbre pour ses mises en scène innovatrices. Profondément influencé par deux cultures, indienne et française, il essaie d’allier les deux formes d’art dramatique dans ses productions théâtrales. Il a signé une cinquantaine de mises en scène, pièces du répertoire indien et international en anglais, français, hindi et allemand.

En 1994, il a été invité à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), Canada, pour enseigner la mise en scène et le jeu. C’est à Montréal que Madavane a écrit Le Mahabharata des femmes qui fut montée à UQAM. Cette pièce a été publiée par Samhita Publishers à Pondichéry. Le Mahabharata des femmes a été jouée avec succès en anglais dans plusieurs villes indiennes. Invité par la Troupe de théâtre allemande Westentache à Ulm, Madavane y a animé un atelier de théâtre avec ses membres. En 2002, Le Mahabharata des femmes a été présentée dans sa version allemande, pour le Festival de Baden-Wurtembug à Ulm et à Karlsruhe. En novembre 2011, le groupe de théâtre « Au fil des diagonales » a présentée cette pièce en français à Paris. En 2006, la version anglaise de cette pièce a été publiée dans Theatre India, une revue de l’Ecole Nationale de Théâtre. Sa deuxième pièce Le Véritier ou le mensonge des dieux est parue chez les éditions K’A (France). En octobre 2007, Madavane a créé un spectacle à la Réunion, Hiatus épique ou l’impossible n’est pas mythologique à partir des poèmes de Carpanin Marimoutou de La Réunion (France)
De nombreux interviews et articles sont apparus sur son œuvre dont les plus importants sont les suivants :
– « Le geste de l’acteur sur scène est une écriture sur l’eau », Propos recueillis par Jean Luc Raharimanana, écrivain malgache, publié dans Interculturel Francophonies, « Identités, langues et imaginaires dans l’Océan Indien », N°4, nov-décembre, 2003.
– « Les mythes ont été mes compagnons de jeu et de rêves ». Propos recueillis par Vijaya Rao (Jawaharlal Nehru University, New Delhi), publié dans Dialogues francophones, Écriture francophones contemporaines, N°17/2011, Centre d’Études Francophones, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie.
– « Drapaudi aux frontières : une lecture de La Malédiction des Étoiles ou Le Mahabharata des femmes de K. Madavane », par Jean Claude Carpanin Marimoutou, publié dans Draupadi, Tissages et Textures, Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo, Editions, K’A, 2008, France
– « Le trope communicationnel du langage dramatique- le monologue dans Le Mahabharata des femmes de K. Madavane », Aparajita Dey-Plissonneau, publié dans Synergies, Inde, Ed., Vidya Vencatesan, N°2/2007, Revue du Gerflint, 2007.

Dans le cadre du programme de la Commission Européenne d’Erasmus Mundus, Madavane a été invité en 2011, pour donner des cours de théâtre et animer des ateliers sur le jeu dans les universités suivantes: Université Libre de Bruxelles (Belgique), Université de Nice (France), Université Goethe, Francfort (Allemagne) et Université Paris 8, Saint Denis.

En 2012, l’Association FILBLEUES de Lomé (Togo) a invité Prof. K. Madavane pour animer un atelier de jeu théâtral au Festival littéraire : « Plumes Francophones » dans le cadre du thème : « Littératures et théâtres du monde francophone ».

Joindre la conversation 1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

À propos de filfrancophones

Festival International de Littératures Francophones

CATÉGORIE

Deuxième édition

Mots-clefs

, , , , , , ,