kelineLa première conférence de cette troisième édition de Plumes Francophones s’est tenue ce samedi 16 mars au Centre culturel Hakuna Matata.  « Présence de la femme dans la poésie togolaise », tel était le thème de cette conférence animée par Ketline Adodo et Assiba Akakpo avec pour modérateur Dieudonné Ewomsan.

atakoraEn citant un poète qui a dit au début du siècle précédent que «Les femmes sont faites pour inspirer les poètes plutôt que de rivaliser avec eux», Ketline Adodo affirme que le lien entre la femme et la poésie est avant tout charnel parce qu’il a fallu que la femme dise « oui » pour que le verbe se fasse chair. Pour Ketline Adodo la poésie est un discours qui se meut de lui même en nous faisant voir avec l’âme ce que nous connaissons déjà et en bousculant les apparences pour aller au dedans de l’essentiel. Elle déclarent aussi que les hommes viennent à la poésie par, ce qu’ils ont en eux de féminin, et donc qu’il n’y pas de poésie masculine ou de poésie féminine !

Assiba Akapko, en définissant la poésie comme une capacité à développer l’émerveillement,a présenté 13 femmes qui ont écrit des recueils de poèmes. A la question de savoir pourquoi il n’y avait que 13 poétesses dans un groupe de 50 poètes togolais recensés, Assiba Akapko a répondu que ce déséquilibre s’expliquait  par la difficulté des femmes à être à la fois épouse, mère et artiste. Elle a aussi lu des extraits des poèmes de ces femmes -là qui chantent,  non pas pour exprimer leur soumission, ou même leur résignation  mais les sentiments qu’elles éprouvent face a l’être aimé.

Ces recueils de poèmes sont des confessions de femmes opprimées, disgraciées, mais exaltent aussi la mère patrie, la paix … Reflets d’introspections et  de questionnements dans la quête d’une identité, les images utilisées par les poétesses togolaises font de celles-ci, selon l’expression très applaudie de Ketline Adodo, « des militantes avec des armes à la finalité pacifique. »

nathalie

Pour clore le débat les conférenciers ont déclaré «Nous avons tous la poésie en nous» car sans cela nous serions incapables de reconnaître la beauté d’une oeuvre.

Joindre la conversation 2 commentaires

  1. J’ai beaucoup aimé les propos de Ketline Adodo qui affirme que les hommes viennent à la poésie par ce qu’ils ont de féminin en eux ! Cela est vrai pour moi car l’inspiration de la plupart des poètes vient de leur admiration naïve et inavouée à la <> !

    Réponse
  2. La litterature africaine et en particulier celle togolaise est en oeuvre.Chers(es)compatiotes,du courage

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

À propos de filfrancophones

Festival International de Littératures Francophones

CATÉGORIE

Troisième édition

Mots-clefs

, , , , , , ,