DE HAKUNA MATATA AU GOETHE INSTITUT !

hakunaLes activités de la journée du samedi 21 mars ont fait se déplacer un nombre impressionnant de personnes ; tous ces hommes de lettres et ces amateurs de culture n’ont pas hésité à participer à nos cafés littéraires qui se sont déroulés d’abord au Centre culturel Hakuna Matata puis à l’Institut Goethe.

gbetoAu Centre culturel Hakuna Matata un premier groupe d’auteurs togolais a animé un café littéraire. Autour des oeuvres d’Assiba Akakpo , de Patricia Siliadin et de Koshi Akoubia. La modération étant assurée par Claude Assiobo Tis de l’Association des Écrivains Togolais . Les deux poétesses ont présenté leurs recueils de poème qui sont respectivement « cris de Hoingni  » et  » Quête d’équilibre ». Magnifier les femmes dans leurs poèmes est une chose tout a fait normal puisque celles-ci sont donneuses de vie nous disent-elles . Leurs poèmes sont aussi un appel lancé à la nation , un appel à la paix. Le dramaturge Koshi Akoubia quant à lui dit rechercher l’extraordinaire lorsqu’il écrit ses pièces de théâtres. A la question de savoir la motivation dans le choix des titres et des noms de ses personnages assez particuliers , l’écrivain avoue qu’il désire attirer la curiosité et l’admiration sur ses oeuvres car  «  j’ écris essentiellement pour dénoncer la mauvaise gestion des affaires de la cité» a affirmé l’auteur de  » Nigrigudja  » .

Toujours à Hakuna Matata  , Anas Atakora et Koffi Boko ont  animé un second café littéraire avec un modérateur qui a ébloui tous les invités avec ses interventions tout a fait surprenantes. En effet le professeur Souley Gbeto du Département des Lettres Modernes à L’ Université de Lomé a taquiné tout le long du débat les auteurs de « Les Mots » et de  » Vies et Ombres » sur les questions de l’ héritage , de l’exil , de la prostitution et de l’esthétique dans la poésie.Les écrivains ont tout résumé en affirmant que le fait de jouer avec les mots donne un sens inhabituel à la chose dont on parle.

ginaA 19 h l’Institut Goethe partenaire du festival à qui nous adressons nos remerciements pour la soirée mémorable de ce samedi. L’ Institut a accueilli 4 auteurs sous la modération du chef du Département des Lettres Modernes de L’Université de Lomé Anatole Molley , et de Kangni Alem , Directeur artistique du festival Les Lucioles Bleues. Tharcisse Urayeneza auteur de  » La Beauté du Hasard  » , Marcelline Messan- Pierruci qui a écrit  » Le jour vient  » , Gina Defanti auteur de  » Rose est la couronne d’épines » et Eric Bekale auteur de  » Le Grand écart « .  Le débat a tourné autour des oeuvres de chacun , de la façon dont ces hommes et femmes concilient leur travail et l’écriture mais on a aussi évoqué les rapports entre l’écrivain et son éditeur .public

Nous vous rappelons que les ateliers se poursuivent au Centre culturel Hakuna Matata a partir de 10h jusqu’au 24 mars. Pour finir un conseil à tous les auteurs en panne d’inspiration ,  nous recommandons d’ écouter du jazz et du groove car il est certain que l’inspiration s’y trouve parfois !

7e édition FILBLEU 2014

filfrancophones View All →

Festival International de Littératures Francophones

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :