goetheLa littérature contribue t-elle à changer les mentalités ? Telle était la question qui a réuni le mercredi 16 mars au Goethe Institut de Lomé, autour du modérateur Guy Missodey, les écrivains béninois Barnabé Atavito DATE et Apollinaire AGBAZAHOU. Selon nos deux auteurs la littérature est complexe et diverse. Pendant que Barnabé Atavito DATE avoue écrire d’abord pour lui-même, AGBAZAHOU affirme écrire pour ses élèves. Il affirme écrire essentiellement pour atteindre un but. Il se donne pour mission de produire une littérature accessible. Il a déclaré privilégier le théâtre pour pouvoir détourner ces derniers des nouvelles technologies et de la « quincaillerie électronique » de ce siècle, les poussant à s’intéresser aux livres. L’auteur estime ainsi être venu à la littérature par stratégie professionnelle. Barnabe-Akayi quant à lui affirme écrire pour désennuyer le lecteur avant de l’emmener vers une compréhension de la tragédie humaine. Il dit placer ainsi en avant le divertissement avant de passer à l’instruction et à l’apprentissage. L’auteur désire écrire pour ceux qui aiment « éprouver leur cerveau » et qui s’interrogent toujours après la lecture d’un de ses livres. Décrit comme un écrivain provocateur par certains, l’auteur a évoqué la question de la censure qui empêche l’insertion de certains livres  dans les programmes scolaires dans son pays. L’écrivain est une conscience qui par les mots agit sur les consciences d’un peuple. Lorsqu’il développe dans son ouvrage des thèmes qui surprennent et parfois même choquent certains lecteurs, et qu’il est censuré, cela ne doit pas l’empêcher d’écrire donc de s’exposer et de s’assumer.

Dernière rencontre scolaire

sallahAyaovi Soekey SALLAH a animé ce jeudi 17 mars un café littéraire au Lycée Moderne d’Adidogomé 1. L’auteur a fait une présentation de ses romans La faiblesse des hommes, ou la pensée unique ;Un réfugié politique insolite ; Le prêtre vaudou et la sorcière. Plusieurs thèmes comme la démocratie, la tolérance ou encore l’interculturalité ont été développé durant cette séance. L’auteur a clôturé le café littéraire en offrant un lot de livres au Lycée Moderne Adidogomé 1.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

À propos de filfrancophones

Festival International de Littératures Francophones

CATÉGORIE

Uncategorized