La dernière conférence Filbleu : de quoi la culture occidentale est-elle le nom ?

amouzouLe Pr Essè AMOUZOU (UL) a présenté ce samedi au Goethe Institut de Lomé son essai « L’impact de la culture occidentale sur les cultures africaines ».Avec pour modérateur Jean KANTCHEBE professeur de philosophie et Foli FOLIGAN psychosociologue comme discutant le débat fut assez surprenant. Le temps imparti pour le débat était écoulé que le public ne voulait pas lâcher le micro baladeur.

Après une présentation sommaire des œuvres de Essè AMOUZOU, le modérateur a laissé la parole à l’écrivain qui a développé les thèmes qui composent son essai. En effet, pour l’auteur, on assiste aujourd’hui à une dévalorisation des cultures africaines au contact de l’occident. Il affirme que le travestissement de cette culture africaine se manifeste par le désir et le besoin de la race noire à toujours vouloir imiter l’occident. L’auteur continue en parlant d’un «lavage de cerveau» qui empêcherait le colonisé d’être lui-même puisque conditionné pour penser que la culture occidentale est supérieure à la sienne. Le Pr. AMOUZOU poursuit en évoquant la question de la langue qui serait le véhicule de toutes les cultures. Il se dit ainsi inquiet du devenir des langues locales chez nous, puisque le togolais d’aujourd’hui n’arrive plus à dire une phrase complète dans sa langue maternelle sans y insérer des mots français  L’auteur conclut en affirmant que l’Afrique n’a plus de repère aujourd’hui, l’identité de la race noire est atteinte entre le phénomène d’hybridation pour certains et celui d’aliénation pour d’autres.

Au tour de Mr FOLIGAN de donner son avis.sur la question. Le discutant préfère parler de changement et d’évolution plutôt que de dégradation comme le dit le Pr AMOUZOU. Il déclare que son désamour pour certains faits sociaux peut fausser son jugement. L’écrivain serait animé d’un patriotisme qui complique sa prise de position vis-à-vis de ces faits sociaux. Même si les idées sont bien articulées dans cet essai on n’y retrouve pas toujours l’expression des préférences et des convictions propres à l’auteur ce qui met à mal les théories développées dans le livre, a souligné le discutant. Mr FOLIGAN conclut en exprimant son désaccord vis-à-vis de la théorie selon laquelle la langue serait le véhicule de toutes les cultures et affirme que parler d’une seule identité africaine ne serait pas juste, puisqu’il en existe plusieurs.publicgoethe

Uncategorized

filfrancophones View All →

Festival International de Littératures Francophones

1 commentaire Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :