PatronLa deuxième journée de Filbleu 2017 a été marquée par trois événements. Le premier a eu lieu au collège NDE de Vakpassito à 10h. Il faut dire que les élèves ne s’attendaient pas à rencontrer trois écrivains d’un seul coup. En effet pour le plus grand plaisir du festival, les élèves ont encore répondu nombreux à l’appel quand ils ont vu arriver le « trio de choc » des écrivains ivoiriens : Jules et Samuel DEGNI, Hilaire KOBENA. Ces trois auteurs ont tout de suite conquis l’auditoire avec la présentation de leurs créations littéraires dont nous retiendrons trois pour cet article. Hilaire Kobena a présenté son roman La vie en blanc et noir, Jules Degni C’est décidé j’épouse la bonne ! et Les confessions de l’enfant-microbe par Samuel DEGNI. La séance était modérée par le poète Maurille Vierge KOUDOUSSOU.

Le second événement a eu lieu au Lycée de Tokoin avec la présence des lycéens toutes séries confondues pour rencontrer l’auteur Patron HENEKOU. C’était hallucinant comme une bande de jeunes que nous pensons souvent désintéressée de la lecture s’est appropriée Dovlo, la pièce de théâtre présentée par l’auteur ce matin. Inutile de rappeler que ces élèves l’ont un peu secoué avec des questions auxquelles il ne s’attendait pas. La présentation de l’auteur a fait tout le travail pour eux et ils ne sont pas privés de former deux camps dans la salle, l’un pour attaquer et l’autre pour essayer ̎d’expliquer aux autres les vrais pensées ̎de Patron Henekou.

Soirée poétique insolite

Date BarbabeEt comme toujours lorsque l’écrivain béninois Daté Atavito Barnabé-Akayi investit l’institut Goethe de Lomé, on dépasse le temps imparti. Sous la modération de Edem Latevi, professeur de Lettres,le public a fait la connaissance de la poétesse béninoise Esther DOKO qui a présenté son œuvre par la sueur de mon suaire. EstherDokoC’est un recueil de poèmes qui est né dans la douleur causée par le deuil et le manque d’un être privilégié qui a marqué toute une vie. Esther Doko a expliqué qu’écrire ces textes lui a permis d’exorciser sa souffrance, une sorte de thérapie qui a lui a permis en même temps de remettre en cause tout son vécu. Après notre poétesse, au tour de Daté de « traumatiser » le public avec son nouveau recueil de poésie Escaliers de caresses. Derrière ce titre qui semble doux et gentil se cache les délires littéraires du poète. Daté Atavito Barnabé-Akayi est unique en son genre. Et pour ceux qui l’ont découvert hier, la pilule a été rude à avaler lorsqu’il dit « Le poème est une anatomie de l’univers et les auteurs sont fantaisistes…mais il faut arrêter de faire une fixation sur l’aspect sexuel qui transparaît dans mes textes et de voir au-delà du lexique de la sexualité que j’utilise sinon j’aurais raison de ne faire éditer que 25 exemplaires de mes œuvres pour ceux qui sont intelligents et qui savent lire ».

Rendez-vous ce 17 mars pour la soirée littéraire avec les écrivains ivoiriens à l’institut Goethe de Lomé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

CATÉGORIE

10e édition 2017